La supraclusion est un trouble orthodontique fréquent, pouvant être à l’origine de défauts esthétiques et fonctionnels parfois très prononcés.

Cette anomalie survient lorsque les dents de la mâchoire supérieure sont trop avancées et recouvrent les dents inférieures.

Heureusement, la supraclusion peut généralement être efficacement corrigée à l’aide d’un traitement orthodontique adapté qui permet au patient de retrouver un beau sourire, d’améliorer son confort buccal quotidien et de préserver la santé de ses dents à long terme.

 

La supraclusion dentaire, qu’est-ce que c’est ?

La supraclusion est un type de malocclusion dentaire, c’est-à-dire un défaut de l’occlusion dentaire qui implique un mauvais alignement des dents lorsque les mâchoires sont fermées. En cas de supraclusion, plus spécifiquement, les dents du haut sont trop avancées par rapport aux dents du bas, ce qui mène les incisives supérieures à recouvrir, tout ou en partie, les incisives inférieures.

De manière plus imagée, on peut parler de recouvrement dentaire en cas de supraclusion des incisives, car les dents du bas sont couvertes, cachées, par celles du haut. Ce type de malocclusion concerne fréquemment les incisives, mais on peut également rencontrer, plus rarement, des supraclusions des molaires.

Les conséquences de la supraclusion sont loin d’être uniquement esthétiques, et ce défaut est à même de provoquer des gênes, des douleurs et des désordres fonctionnels nuisant tant à l’élocution qu’à la mastication et, in fine, à la santé du système digestif et de l’organisme au complet.

Bonne nouvelle : c’est un défaut qui se traite de plus en plus aisément à mesure que les progrès de la médecine orthodontique avancent.

 

Causes de la supraclusion dentaire

La supraclusion est un trouble multifactoriel essentiellement causé par une mauvaise croissance de la mandibule, généralement d’ordre génétique.

Durant la croissance, la mandibule supérieure se développe plus rapidement que la mandibule inférieure et bloque la croissance de cette dernière. En effet, les incisives du haut, qui recouvrent celles du bas, font barrage au développement de la mâchoire inférieure.

D’autres facteurs peuvent venir aggraver le problème, et notamment la fameuse succion tardive du pouce se prolongeant au-delà des 3 ans de l’enfant.

Un traumatisme ou une mauvaise élocution impliquant un défaut de fonctionnement des muscles mandibulaires et labiaux peuvent également être en cause.

 

Conséquences de la supraclusion dentaire

Les conséquences de la supraclusion dentaire varient en fonction de sa sévérité et de l’âge du patient – c’est un trouble qui tend à s’aggraver avec les années.

Un léger défaut de l’occlusion dentaire peut avoir des répercussions uniquement esthétiques, mais, le plus souvent, la supraclusion s’accompagne de troubles de la mastication et de l’élocution qui peuvent profondément nuire tant à la confiance en soi et au bien-être moral, qu’à la santé buccale et systémique.

De fait, les défauts de l’alignement dentaire sont susceptibles d’altérer le processus d’ingestion des aliments qui, mal mastiqués, sont mal digérés et favorisent le développement de troubles digestifs et la prise de poids excessive, avec toutes les pathologies qui lui sont associées.

En cas de supraclusion, les dents du bas peuvent également rencontrer le palais et causer des blessures plus ou moins douloureuses : c’est le phénomène de la morsure palatine, qui peut grandement altérer la qualité de vie des personnes qui en souffrent.

Les dents du haut et du bas risquent également de se percuter, ce qui accélère leur détérioration, favorise l’installation de maladies parodontales parfois sévères (caries, abcès, etc.) et peut provoquer des lésions au niveau de l’articulation de la mâchoire.

Enfin, les supraclusions prononcées peuvent engendrer une déformation du visage à cause de l’étroitesse de la mâchoire inférieure, à même de complexer les personnes qui en sont atteintes et de porter préjudice à leur vie sociale.

 

Traitements orthodontiques de la supraclusion dentaire

“Le traitement orthodontique de la supraclusion dentaire est toujours personnalisĂ© en fonction de la sĂ©vĂ©ritĂ© du trouble et du profil du patient. De manière gĂ©nĂ©rale, plus le traitement est rĂ©alisĂ© tĂ´t, plus les rĂ©sultats sont rapides et durables.

Chez l’enfant, il convient habituellement de mettre en œuvre une première phase de traitement précoce visant à décroiser les dents, afin que les incisives du haut ne bloquent plus celles du bas et ne freinent pas la croissance de la mandibule inférieure. Cette première phase, intervenant entre 7 et 9 ans, prépare le terrain pour la seconde phase intervenant vers 12-14 ans, qui vise à réaligner définitivement les dents sur une mâchoire correctement développée.

Concrètement, la première phase vient écourter considérablement la deuxième phase du traitement orthodontique, et éviter certaines interventions lourdes, telles que l’extraction des prémolaires, parfois indispensables lorsque la supraclusion a été diagnostiquée trop tardivement.

De multiples appareils orthodontiques peuvent être utilisés pour corriger la supraclusion, et le choix du système le mieux adapté dépendra à la fois du budget du patient et des caractéristiques propres à son trouble.

Désormais, il est possible d’obtenir de très bons résultats avec de simples bagues lorsque le trouble est modéré. Les dispositifs invisibles, bien qu’ils soient plus couteux que les bagues traditionnelles en métal, sont très plébiscités chez l’adulte et l’adolescent.

Dans les cas de supraclusion très sévères, ou lorsque le trouble est diagnostiqué chez l’adulte, alors que la croissance mandibulaire est achevée, une chirurgie orthognathique visant à remodeler la mâchoire peut être nécessaire pour compléter le traitement orthodontique. La supraclusion dentaire peut engendrer de nombreux problèmes de santé buccaux et systémiques et mérite, de fait, d’être prise particulièrement au sérieux.

Toutefois, si les dĂ©fauts d’alignement dentaires peuvent s’avĂ©rer très handicapants sur le plan esthĂ©tique et fonctionnel, ils ne doivent pas ĂŞtre considĂ©rĂ©s comme une fatalitĂ©.

Bien qu’une prise en charge prĂ©coce soit toujours hautement prĂ©fĂ©rable, la plupart des dĂ©fauts orthodontiques peuvent dĂ©sormais ĂŞtre traitĂ©s avec succès, quel que soit l’âge de la personne qui en souffre.

 

Sources:

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02142603/document ;

https://www.information-dentaire.fr/formations/diagnostic-des-malocclusions-simples/