3.4/5 - (12 votes)

Chaque être humain possède 7 freins buccaux et deux d’entre eux — le frein labial et le frein lingual — peuvent nécessiter une intervention chirurgicale. Il s’agit de rectifier la position ou la dimension du frein qui engendre des problèmes d’hygiène buccodentaire, d’alimentation, d’esthétique ou l’élocution. La frénectomie  relève d’une intervention bénigne qui n’est pas douloureuse et n’entraîne aucun effet secondaire.

 

À quoi servent les freins buccaux ?

Le frein buccal est une attache qui relie les différentes parties de la sphère bucco-dentaire : lèvres, langue, gencives, joues, plancher de la bouche et mâchoire. Il est constitué de fibres conjonctives et de fibres élastiques. Nos 7 freins buccaux permettent un développement harmonieux de la mâchoire et de la dentition.

Lorsqu’ils sont surdimensionnés ou mal placés, ces freins gênent la croissance de la mâchoire et engendrent un positionnement anarchique des dents. Le frein labial et le frein lingual sont les deux freins principalement mis en cause. Les conséquences d’un frein mal dimensionné ou mal placé altèrent l’apparence physique, mais aussi la mastication, l’occlusion et l’élocution.

Le cas échéant, le chirurgien-dentiste a recours à la frénectomie qui consiste à extraire ou sectionner le frein défaillant pour rétablir l’harmonie.

Lire aussi notre article sur l’agénésie dentaire

 

La frénectomie labiale

La position du frein labial

Le frein labial relie la lèvre à la gencive. Vous pouvez toucher vos freins labiaux médians avec la pointe de la langue, au milieu, devant les incisives. Les freins latéraux sont moins proéminents, mais vous pouvez cependant les sentir avec la langue.

Lorsque le frein labial central s’avère trop volumineux ou mal positionné, il peut générer un interstice trop important entre les incisives, ce que l’on appelle communément les dents du bonheur ou diastème. L’orthodontie ne peut résoudre cet écart de positionnement, car le frein occupe l’espace, d’où l’utilité de la frénectomie labiale.

D’autre part, ce frein proéminent exerce une traction permanente sur la gencive, ce qui favorise leur rétraction. L’espace découvert entre la gencive et les dents rend propice l’attaque par les bactéries qui trouvent là un refuge confortable.

Plus généralement, un frein labial trop imposant génère des problèmes d’hygiène bucco-dentaire. Il rend certaines parties inaccessibles à la brosse à dents, favorisant le dépôt de la plaque dentaire qui se minéralise en tartre et se peuple de bactéries. Les conséquences peuvent être dramatiques, avec le développement de maladies parodontales. Une gingivite non soignée se mue systématiquement en parodontite qui engendre le déchaussement des dents, puis leur chute.

L’intervention de la frénectomie labiale

La frénectomie labiale est une intervention bénigne qui résout parfaitement les dysfonctionnements liés au frein labial. Elle consiste à inciser le frein labial ou l’extraire lorsqu’il est trop volumineux.

L’intervention se déroule sous anesthésie locale, au bistouri ou au laser. Le patient doit suivre à la lettre les indications de son chirurgien-dentiste dans les jours qui suivent, afin de ne pas risquer d’infection. Une fois l’incision cicatrisée, il ne conserve aucune séquelle.

Une courte vidéo présentant les modalités de la frénectomie

 

Lire aussi notre article sur le traitement avec mainteneur d’espace 

 

La frénectomie linguale

À quoi sert le frein lingual ?

Le frein lingual est cette sorte de languette verticale située sous la langue. Il relie le plancher de la bouche à la face inférieure de la langue. Le frein labial nous est indispensable pour bouger la langue, déglutir, remettre les aliments en place pour être broyés lors de la mastication, avaler, former des sons, etc.

Le frein lingual joue un rôle capital lors de la croissance de la mâchoire et le positionnement des dents. S’il est mal positionné, trop court ou trop rigide, la langue manque de mobilité, ce qui entraîne des problèmes de formation de la mâchoire, ainsi que de fonctionnement :

  • lorsque la langue ne peut se coller au palais pour déglutir (2 à 3 000 fois par jour), le patient doit tirer la langue vers l’avant, générant sur le long terme des anomalies de la croissance des maxillaires ;
  • le manque de dextérité de la langue produit des troubles de l’élocution et notamment des sifflements ;
  • un frein lingual anormal altère l’harmonie de l’alignement des dents pouvant engendrer une malocclusion.

Outre ces dysfonctionnements, un frein lingual défaillant génère des problèmes esthétiques et sociaux : incapacité à jouer de certains instruments de musique, inconfort du baiser, impossibilité de lécher, etc.

L’intervention de la frénectomie linguale

La frénectomie linguale consiste à réduire le frein lingual, afin que la langue retrouve une mobilité normale et puisse assumer toutes ses fonctions.

L’intervention se déroule sous anesthésie locale. Le laser est privilégié, bien qu’il faille parfois recourir au bistouri, lorsque les fibres musculaires de la langue sont solidement attachées aux fibres conjonctives et qu’il soit nécessaire d’inciser plus profondément.

La langue retrouve sa mobilité instantanément. Toutefois, le patient a besoin de temps pour s’acclimater à cet état, ce qui peut momentanément altérer sa diction. Dans certains cas, il peut recourir à quelques séances chez un orthophoniste pour apprendre à muscler sa langue et trouver les bonnes positions qu’il n’a pas acquises naturellement.