La contention en orthodontie est un aspect primordial de la réussite des soins dentaires, dont l’efficacité est intimement liée à la coopération du patient, notamment lors de l’utilisation de systèmes amovibles.

Pour cause, les appareils dentaires de contention viennent prendre le relais des appareils utilisĂ©s pour traiter les dĂ©fauts dentaires, afin d’assurer la pĂ©rennitĂ© des rĂ©sultats obtenus.

Sans eux, les dents ont tendance à reprendre leur posture initiale, rendant caducs les efforts du patient et du praticien fournis tout au long du traitement, et engendrant potentiellement une perte financière substantielle.

La contention en orthodontie, qu’est-ce que c’est ?

La contention orthodontique vise à « contenir » les dents dans la position qu’elles ont atteinte après un traitement visant à corriger des défauts d’alignements et de position.

Cette intervention passe par le port permanent ou quasi permanent d’une prothèse qui permet d’immobiliser les dents pour les maintenir dans la position obtenue suite au traitement.

De fait, la contention orthodontique s’effectue par un procédé purement mécanique, à l’aide d’un appareil qui vient bloquer les dents pour les empêcher de se mouvoir pour retrouver leur position d’origine.

Il existe différents types d’appareils de contention orthodontique amovibles et fixes, dont la durée de port varie en fonction du traitement effectué en amont pour moduler l’alignement de la dentition.

Les différents types de contentions en orthodontie

Il existe de multiples systèmes de contention orthopédique, qu’il revient au praticien de choisir au cas par cas en fonction du traitement proposé au patient en amont, de la morphologie de sa mâchoire, de son mode de vie, de son âge, de la santé de ses dents… Et de multiples autres critères.

On distingue notamment les appareils amovibles des systèmes fixes, les premiers pouvant être ôtés à tout moment par le patient lui-même, les seconds ayant vocation à être portés en permanence et ne pouvant être retirés que lors d’une intervention professionnelle.

La majorité des contentions amovibles sont monomaxillaires, n’agissant que sur la dentition d’une seule des deux mâchoires (supérieure ou inférieure).

Généralement, il suffit d’une bonne empreinte dentaire pour confectionner un appareil sur mesure efficace : une opération relativement peu coûteuse et rapide à effectuer.

Certains appareils de contentions amovibles peuvent également être les mêmes que ceux utilisés lors du traitement visant à déplacer les dents. Ils sont cependant « inactivés » pour cesser de moduler la dentition et se contenter de la maintenir en place.

La grande variété de dispositifs distincts permet au praticien d’opter pour un appareil offrant plus ou moins à la dentition la possibilité de s’adapter verticalement, apportant un contrôle plus précis de chaque dent ou présentant un confort accru et une esthétique supérieure.

Le confort et l’esthétique sont des aspects prédominants lorsque la contention est destinée à être portée sur le très long terme – voire à vie – auquel cas les appareils fixes sont plutôt privilégiés.

Les appareils de contention orthodontique fixes sont composés d’une attelle destinée à maintenir les dents en place, fixée à ces dernières par une colle dentaire.

Les attelles peuvent être métalliques ou conçues en matériau composite, et sont généralement fixées derrière les dents au niveau de l’arcade antérieure.

L’avantage des systèmes de contention fixe est surtout esthétique, mais ils ont aussi leurs lots d’inconvénients.

Ils ne permettent notamment aucune mobilité dentaire et complexifient l’entretien des dents, augmentant de fait le risque de maladies parodontales en cas d’hygiène dentaire insuffisante ou mal adaptée.

Plaque de contention

Les plaques de contention en palatines sont un autre système de contention amovible. Il s’agit d’un appareil en résine associé d’un fil métallique passant sur le devant des dents.

La contention orthodontique pour prévenir la récidive

réussite traitement orthodontieLa contention orthodontique est indispensable pour prévenir les récidives consécutives aux corrections mécaniques des défauts d’alignement et de positionnement des dents.

La modification de la dentition passe en effet par une lente modification des différents tissus de soutien dentaire, qui ploient sous la pression mécanique de l’appareil pour permettre aux dents de se mouvoir.

Il faut tout autant de temps, voire plus, pour que ces tissus se reforment définitivement, empêchant ainsi les dents de faire marche arrière.

De fait, lorsqu’un appareil dentaire est retiré et que la pression qu’il exerce sur les dents, pour les pousser ou les tirer vers la position souhaitée, cesse, ces dernières ont naturellement tendance à reprendre leur position d’origine.

L’appareil de contention orthodontique vient parer à cette situation en immobilisant les dents dans la position obtenue après le traitement jusqu’à ce que l’ensemble des tissus parodontaux se stabilisent.

Aussi, plus les modifications induites par le port d’un appareil dentaire sont importantes, plus la stabilisation des tissus est longue, et plus le système de contention doit être porté longtemps.

Les systèmes fixes, discrets et confortables, permettent précisément aux patients de garder en permanence une contention sans jamais l’oublier ni se laisser décourager par les contraintes induites par les systèmes amovibles – tant pratiques qu’esthétiques.

Les appareils amovibles sollicitent, quant à eux, davantage la coopération du patient qui doit s’efforcer de porter le plus souvent et le plus longtemps possible sa contention pour obtenir des résultats thérapeutiques convaincants.

La contention orthodontique n’est pas à prendre à la légère pour espérer obtenir de bons résultats sur le long terme.

Bien que les prothèses de contention amovibles puissent être aisément mises en place et retirées par le patient, cela ne doit pas leur faire perdre leur caractère médical aux yeux de ce dernier.

Il convient de les considérer comme une phase à part entière du traitement orthodontique, et un aspect crucial de sa réussite.

(SOURCES : https://www.sop.asso.fr/admin/documents/ros/ROS0000302/Conventions_orthodontiques-Orthodontie-ROS_4_2011.pdf )